Québec & Canada : 1-855-616-9416

francophonie internationale : Services à distance

Service à
distance
En savoir plus sur les services à distance
entete-article-sylviemajor

Les pensées sont souvent déformées quand on est aux prises avec des peurs. Les histoires que l’on se raconte à soi-même nous envahissent d’émotions diverses, et notre côté rationnel est mené par ces émotions, qui surgissent de nos pensées et non de la situation réelle. De nos émotions découlent des comportements qui sont en lien direct avec nos pensées, ainsi on peut dire que nos comportements sont adaptés à nos pensées, mais pas à la situation réelle.

Est-ce que ça veut dire que je suis responsable de mes peurs? Oui et non. Les réactions du corps nous prennent parfois par surprise et il est difficile de faire la différence entre ce que je me raconte et ce qui est vrai. De là l’importance de s’arrêter et de comprendre ce qui se passe. Le cerveau est une véritable centrale électrique et il est fascinant de découvrir son fonctionnement ainsi que le chemin que prennent nos pensées.

Prendre le contrôle de ses pensées

Si, tout à coup, mon corps se met à me jouer des tours, je n’ai pas de contrôle là-dessus. Mais il est primordial de s’arrêter et de regarder ce qui se passe réellement! Ce  pouvoir est en nous. Est-ce que je suis en train de me raconter des histoires ou est-ce que ce qui m’arrive est réel? On se questionne afin de savoir si notre réaction est adaptée à la réalité. Est-ce que ma réaction concorde avec ce que je vis ici et maintenant?

Il est normal de s’inquiéter pour certaines choses que l’on anticipe, par exemple une nouvelle importante, des résultats, une performance à atteindre, etc. Imaginer des catastrophes l’est moins, et ça découle souvent de troubles anxieux. L’une des stratégies que j’utilise avec mes clients qui ont tendance à se faire des scénarios catastrophe vise à les amener à regarder les deux côtés de la médaille. Tu veux imaginer le pire, soit, mais imagine l’opposé aussi et fait le bilan des probabilités. Ça permet de reprendre le pouvoir sur soi et sur ses pensées. Si je raconte le pire à mon cerveau, il va me croire. Si je raconte le meilleur, il va aussi me croire. Je pense que lui raconter la réalité est la meilleure stratégie qui soit!

 

 

 

 

 

 

 

logo-sylvie-major-2020-turquoise2