Québec & Canada : 1-855-616-9416

francophonie internationale : Services à distance

entete-article-sylviemajor

Le mot ghosting parle pour lui-même : faire le fantôme. Le ghosting consiste à disparaitre de la vie de quelqu’un sans donner de nouvelles. Les relations amoureuses et amicales sont pleines de victimes de ghosting, des gens qui développent un fort sentiment de culpabilité et qui se questionnent à l’infini. Pourquoi le ghosting et comment y survivre sans trop de mal?

D’où vient le ghosting

Avant tout, j’aimerais vous parler de ce phénomène assez particulier. Ce terme est né aux États-Unis, vers 2005. Le développement des technologies et l’utilisation massive des communications numériques telles que le texto et les médias sociaux. Le mot a même fait son entrée dans le Collins English Dictionary en 2015.

Un virus malsain

Le ghosting s’est trouvé une façon de se propager, un peu comme un virus, à notre époque que certains appellent l’ère des relations jetables. Manque de courage, lâcheté, égoïsme, prétention, peur du conflit et de l’engagement… Les raisons de devenir ghoster sont nombreuses.

Le fait de cesser toute communication subitement et sans aucun avertissement a des impacts très négatifs sur celui qui en est victime. Les fantômes ne s’en rendent pas toujours compte, cependant un seul petit brin d’intelligence suffit à laisser supposer la douleur de l’autre…

Les impacts négatifs du ghosting

Le fait d’être abandonné sans préavis laisse des traces. L’humain a l’auto culpabilité si facile que le cerveau s’emballe tout de go à trouver une cause à cet effet fantôme, une cause qui évidemment proviendrait de nous. Et pourtant, nous ne sommes que rarement coupables et responsables des agissements des autres.

Voici ce que provoque le ghosting en soi :

  • Doute de soi-même
  • Sentiment de culpabilité
  • Sentiment de rejet
  • Peur que ça se reproduise
  • Blessure reliée à la perte d’un être aimé
  • Baisse de l’estime de soi
  • Sentiment d’impuissance et d’incompréhension

Comment réagir face au ghosting

Après les premiers sentiments négatifs passés, il faut se ressaisir et aller de l’avant. Évidemment, rien ne sert de s’entêter à obtenir des explications. Le ghoster n’a pas eu le courage une première fois, qui peut dire s’il en aura la deuxième fois?

Apprenez à être bienveillant envers vous-même. Ne vous jugez pas trop sévèrement, reconnaissez vos forces et vos qualités. Peu importe la raison du ghosting, il s’agit d’un acte lâche que personne ne mérite de subir, pas même vous.

Bien que ce soit difficile, essayez d’anticiper le prochain ghoster qui entrera dans votre vie. En faisant une introspection sur nos choix, sur les relations qu’on désire réellement, on peut arriver à éliminer celles qui ne nous apportent rien de positifs et qui, par conséquent, ont le potentiel de se terminer en ghosting.

Soyez vous-même, tous les autres sont déjà pris!

Cette phrase de l’écrivain anglais Oscar Wilde prend tout son sens en situation de ghosting. Le fait de se faire jeter sans préavis ne signifie aucunement que vous ne valez par mieux. Restez vous-même en toute situation, ne portez pas de masque (sauf celui qui protège contre la Covid-19, on s’entend!), évitez les relations qui ne vous permettent pas de présenter votre vraie personnalité.

Au besoin, n’hésitez pas à consulter. Le ghosting peut créer de l’anxiété, et c’est bien compréhensible. Le psychologue Patrick Lynes fait une intéressante analogie du ghosting avec nos objets de tous les jours. Je vous invite à lire son texte ici.

logo-sylvie-major-2020-turquoise2