Québec & Canada : 1-855-616-9416

francophonie internationale : Services à distance

entete-article-sylviemajor

Le nombre de féminicides est dramatiquement en hausse au Québec. À tous les matins, lorsque je consulte les nouvelles, je crains d’être confrontée à un autre cas. Une autre femme violentée, une autre victime de la folie amoureuse. Et puis il y a toutes les autres, les silencieuses, celles dont les médias ne parlent pas parce qu’elles survivent ou qu’elles ne dénoncent pas.

Mais aujourd’hui, ce sont des hommes dont je veux vous parler. De ces hommes victimes de violence conjugale, qui souffrent en silence, parfois avec la honte au fond du cœur. Ces hommes qui n’osent pas dénoncer par crainte de ne pas être écouté ou, pire encore, d’être pris au sérieux.

Violence faite aux hommes : plus présente qu’on pense

Selon une étude effectuée en 2019 par l’Institut nationale de la statistique et des études économiques,  entre 2011 et 2018, 28 % des victimes de violence physique et/ou sexuelle de la part d’un conjoint(e) étaient des hommes. Ce qui représente 82 000 hommes sur 295 000 victimes.

On pourrait se demander pourquoi, étant généralement plus fort physiquement que les femmes, ces hommes violentés ne se défendent pas. Pourquoi se laissent-ils faire alors qu’ils pourraient aisément repousser leur bourreau?

On ne le répètera jamais assez, la violence conjugale est sournoise. Elle débute souvent par une manipulation psychologique et un dénigrement de l’autre tel que celui-ci en perd sa confiance, son estime et ses repères. La culpabilité embarque rapidement et les victimes croient être responsables de la colère de l’être aimé. Il est triste mais vrai, ce cercle vicieux de la violence conjugale. Et l’homme n’y échappe pas. Tout d’abord rabaissé, les coups apparaissent donc pour eux comme une suite logique à leur vie de couple.

Hommes battus : une souffrance invisible

Les hommes se taisent parce qu’ils se sentent responsables, tout comme les femmes, mais également parce qu’ils ont honte. Signe de faiblesse ultime du sexe fort? Plusieurs hommes le ressentent ainsi, or ça n’est pas le cas. Ils se sentent coincés dans une spirale où le sexe qu’on dit fort ou faible n’a plus aucune signification. Pour comprendre comment fonctionne ce cercle de la violence conjugale masculine, je vous invite à lire le témoignage de Philippe (nom fictif), paru dans La Presse du 12 novembre dernier.

Obtenir de l’aide

L’organisme Service d’aide aux conjoints a développé le volet Aide aux hommes en difficultés conjugales, qui apporte du soutien aux hommes et les aide à se sortir de situations conjugales difficiles. Cet organisme sans but lucratif s’adresse aux hommes et vise à faire de l’intervention, de la sensibilisation et de la prévention face à la violence conjugale.

À titre de travailleuse sociale et de coach certifiée, je dispose également d’outils pour aider les hommes en situation de difficultés conjugales, quelles qu’elles soient. N’hésitez pas à me contacter, en toute confidentialité.

logo-sylvie-major-2020-turquoise2