Québec & Canada : 1-855-616-9416

francophonie internationale : Services à distance

Service à
distance
En savoir plus sur les services à distance
entete-article-sylviemajor

Elle est souvent pernicieuse, la dépression. On la croise autour de soi, elle s’empare des gens qu’on aime ou de nous-même sans qu’on s’en rende compte. On croit à un coup de blues alors qu’elle est juste là, face à nous, avec ses effets dévastateurs. Voici quelques indices pour reconnaitre la dépression.

Les mots de la dépression

On remarque chez les gens victimes de dépression l’utilisation de mots et de phrases similaires, qui dénotent leur mal-être. En voici les principaux :

Je…, Oui mais moi…

Les personnes ayant des symptômes de dépression ont tendance à ramener à eux des problématiques qui ne leur appartiennent pas, voulant ainsi avoir une attention accrue sur elle-même.

Jamais…, Toujours…

Parmi les symptômes verbaux de la dépression, il y a cette tendance à généraliser. Pour un dépressif, c’est tout noir ou c’est tout blanc. La pensée devient inflexible, il n’y a que deux voies devant de soi, ce qu’on appelle une distorsion cognitive.

C’est de ma faute…

Les gens en période de dépression ont un sentiment de culpabilité accru. Ils se sentent comme un fardeau pour leurs proches et s’en veulent de ne pas mieux aller. Dans la même optique du tout noir ou tout blanc, ils ne reconnaissent pas de zone tampon où il pourrait y avoir des pistes de solutions.

Voici un lien à suivre pour en savoir plus sur les mots et les phrases de la dépression. Je vous invite également à mettre en place ces quelques trucs pour utiliser un langage plus positif, pour en faire une habitude de vie.

Le langage corporel de la dépression

Le corps parle beaucoup sans qu’on n’ait à ouvrir la bouche. Voici quelques indices du langage corporel de la dépression, qui peuvent aider à déceler cet état chez un proche :

Un regard fuyant

Les yeux semblent errer sans arriver à se fixer sur un point précis, comme s’ils regardaient dans le vide.

Les extrémités des lèvres s’abaissent

Un peu à la manière d’un clown triste, les commissures des lèvres ont tendance à tomber, la bouche prenant ainsi la forme d’un demi-cercle ouvert vers la partie inférieure des lèvres.

Un plissement constant entre les sourcils

Il ne s’agit pas ici de plisser l’entre-sourcils comme lorsque nous sommes préoccupés ou avons un questionnement. Il s’agit plutôt d’un micro plissement, très léger, mais qui ne disparait presque jamais.

Une posture « molle »

La personne semble avoir le corps mou, la colonne vertébrale prend une forme courbe. Il s’agir de l’un des symptômes physiques les plus faciles à reconnaitre.

Voici une liste plus complète des signes non-verbaux de la dépression.

Les gestes de la dépression

Le corps exprime également les symptômes de la dépression à travers des actions et il est bon de les reconnaitre.

Outre la fatigue chronique, qui est un symptôme généralisé de la dépression, la perte ou le gain de poids peut dénoter un épisode dépressif chez un individu. Le désintérêt pour la nourriture ou, au contraire, manger davantage pour combler un vide peut faire partie des signes à ne pas prendre à la légère.

Malaises gastriques ou digestifs, rhumes à répétition, courbatures et douleurs musculaires sont tous des indices de dépression à considérer.

Aussi, les personnes ayant des symptômes de la dépression ont tendance à parler à voix basse, avec des tremblements ou un enrouement dans la voix qui font penser à des pleurs.

Quand consulter

Nous sommes tous à risque de ressentir ces symptômes sans être victimes de dépression. Cependant, si ces symptômes nuisent à votre bien-être ou vous empêche de bien fonctionner, n’hésitez pas à consulter. Si vous avez des craintes pour un proche, je vous invite également à contacter un professionnel. Une travailleuse sociale certifiée peut vous aider grandement et, surtout, vous pouvez obtenir un rendez-vous rapidement, dans un délai beaucoup plus court que celui du réseau public de la santé. Je détiens l’expertise et l’expérience pour aider les gens à se relever d’une dépression. Gardez en tête qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

En terminant, je vous invite à lire cet article de La Presse, Quand notre cerveau voit un tsunami, qui parle des impacts de cette pandémie qui perdure.

logo-sylvie-major-2020-turquoise2